Des projets ? Des pistes...

Ce matin au réveil...
P3190580

Puisqu’il faut présenter des projets, voici quelques pistes de ce qui nous tient particulièrement à cœur... Et pas la Lune ! À débattre évidemment, au risque de perturber les habitudes car, par définition ou comme aurait dit M. de La Palisse, on ne construit pas seul un projet collectif, même avec la meilleure des volontés.

1. S’attacher à la restauration de la fonction du conseil municipal par :
=> la préparation systématique de dossiers clairs présentés de manière sincère chaque fois qu’il est nécessaire devant le conseil, des dossiers accessibles par chaque membre du conseil municipal, quelle que soit sa sensibilité sur les différents sujets,
=> un travail en confiance avec le secrétariat de mairie dont il faut revaloriser la fonction de collaboration indispensable,
=> des décisions claires avec des votes éclairés qui redonnent confiance à la population dans le fonctionnement du conseil municipal, et qui donne aussi confiance aux conseillers eux-mêmes (cela passe bien sûr par des comptes-rendus et des délibérations toujours compréhensibles),
=> la systématisation de délégations aux membres du conseil municipal aussi bien pour les grands projets que pour les domaines de la gestion quotidienne (donc revoir le système d’indemnisation en conséquence en baissant celle du maire et en en instituant une pour les conseillers municipaux),

2. Promouvoir la concertation et l’information par des outils qui peuvent être facilement mis en œuvre moyennant un minimum de volonté pour cela :
=> un bulletin municipal régulier qui ne soit pas un outil de propagande mais bien un vecteur d’information à la population dans tous les domaines de la vie communale,
=> des réunions publiques sur tous les sujets importants avec, et c’est essentiel, un retour vers la population de la teneur des échanges et de la manière dont le conseil municipal en tient compte,
=> des commissions extra-municipales composées sans sectarisme sur tous les projets importants,
=> un site Web digne de ce nom, interactif, vecteur d’échanges et de concertation avec la population.

Ces deux premiers points peuvent paraître un peu rébarbatifs. Il ne s’agit pourtant pas de simples marottes mais bien de bases saines, de bonnes habitudes, à partir desquelles l’avenir peut être construit.

3. Préserver et valoriser le patrimoine naturel et rural, principaux atouts du développement économique et social local.
=> Conduire une réflexion et agir rapidement sur la mise en valeur de notre formidable réseau de sentiers de promenade (existant ou potentiel), en collaboration avec les instances intercommunales œuvrant dans ce domaine (amélioration et création de parcours, amélioration et création d’une signalétique moderne et adaptée).
=> Assurer un entretien adapté et régulier des espaces de promenade.
=> Réfléchir avec les agriculteurs et les propriétaires fonciers à l’optimisation de la gestion des espaces agricoles.
=> Réfléchir à une meilleure gestion de la forêt communale et des forêts privées, en concertation avec les propriétaires.
=> Pourquoi ne pas créer un sentier botanique en collaboration avec l’Office National des Forêts, la flore d’Albiez le Jeune étant particulièrement riche en quantité et qualité ?

4. Agir dans le développement du tourisme doux, en concertation avec la commune voisine d’Albiez-Montrond.
=> Assurer une concertation avec les loueurs de gîtes ruraux pour évaluer leurs besoins (faut-il une navette entre les deux communes en période hivernale et estivale par exemple ?).
=> Evaluer les besoins réels des agriculteurs et commerçants éventuels d’Albiez le Jeune au regard de la clientèle potentielle des deux communes (point de vente ou pas ? quel rôle pour la commune ?).

5. Assurer une gestion de long terme du patrimoine urbain et architectural.
=> Réfléchir l’urbanisme du centre du village en concertation avec la population. Où (en) est la place du village ? Comment l’aménager ? Où organiser les animations ? Quelle organisation des bâtiments communaux ?
=> Assurer le suivi, avec l’aide de personnes compétentes, de la rénovation et de l’entretien des édifices cultuels (par exemple reprendre correctement la rénovation de la chapelle de Bonvillard avant qu’il ne soit trop tard), en concertation avec le diocèse de Maurienne. Comment les intégrer au mieux aux itinéraires de promenade et de découverte du patrimoine local ?

6. Gérer de manière globale et cohérente la voirie communale.
=> Instruire et mener à bien des dossiers pluri-annuels pour la gestion et l’entretien du réseau routier communal, afin notamment d’obtenir les aides adéquates.
=> Conduire une réflexion sur l’amélioration de l’accessibilité de certaines zones habitées ou agricoles de la commune (lotissement de Bellevue par exemple, accès aux alpages).
=> Améliorer le déneigement en prenant en compte les doléances de chaque usager et en adaptant le matériel.
=> Entretenir les bords de route dès que la sécurité des usagers est mise en cause.

7. Créer une réelle zone d’activités correctement dimensionnée, raisonnablement aménagée et accessible qui puisse accueillir des activités à caractère artisanal sans créer de nuisances de voisinage. Pour cela la commune doit avoir la maîtrise foncière de secteurs décidés, en concertation, comme « stratégiques ». Il faut donc évaluer la pertinence des zones retenues dans le PLU.

8. Intégrer les plus jeunes à la vie communale :
=> Pourquoi ne pas réfléchir avec eux à la création d’une zone d’activité adaptée aux adolescents (petit terrain avec panier de basket par exemple qui serait toujours plus profitable qu’une aire de retournement...)
=> Pourquoi ne pas réfléchir avec eux à l’accessibilité d’une salle de loisirs (table de ping-pong, télévision, etc.) comme il en a existé une, de manière éphémère, du temps d’Albiez Animation (c’est dans l’ancienne salle de classe, dans la ferveur puis la désolation collective, qu’en 1982 j’ai vu Battiston se faire assommer par Schumacher lors de la demi-finale du Mondial de foot Winking). Les temps changent mais pas les besoins de partage et de vie sociale des jeunes, au delà d’Internet et des réseaux sociaux.
=> Et pourquoi ne pas créer une commission extra-municipale des jeunes ?
=> Adapter les prochains aménagements de la salle mise à disposition des associations, en concertation avec ces dernières.

9. Conduire une réflexion pour faciliter la vie des personnes dépendantes, notamment par une écoute individuelle de chaque personne âgée pour trouver avec elle la meilleure solution adaptée à ses souhaits et sa situation.

10. Pourquoi pas une page du site Web communal qui organiserait un co-voiturage destiné aux personnes âgées comme aux jeunes ?

Etc. mais un « et cætera » qui naitra de la concertation avec la population et pas de la volonté autoritaire d’un maire.

Le champ des possibles est encore large dans une commune comme Albiez le Jeune, pas à grands frais, sans projet mégalomane et en relation avec l’environnement intercommunal, en favorisant notamment les relations avec Albiez-Montrond. Ça peut être enthousiasmant. Combien de fois avons nous rêvé de ce village ? Il ne tient qu’à nous, jeunes et moins jeunes, habitants permanents et non permanents (il n’y a pas de résident « secondaire » ), de le créer, dans la concertation.
blog comments powered by Disqus