De l'indemnité des élus

Il nous revient aux oreilles que les indemnités des élus, et singulièrement celles du maire (*), pourraient jouer un rôle important dans l’âpre concurrence, tous les six ans, lors des élections municipales, et peut-être cette année encore. Nous ne pouvons y croire.

Rappelons que l’indemnité du maire en 2013 aura coûté à la commune environ 7 000 € tandis que celles de chacun des adjoints 2 700 €. Le barème qui s’applique à Albiez le Jeune est celui des communes de moins de 500 habitants. Est-il normal que l’indemnité du maire d’Albiez le Jeune puisse être la même que celle de son homologue de la commune voisine d’Albiez-Montrond, alors que la charge de ce dernier est bien plus importante ? Rien n’est moins certain.

Des discussions interminables et assez ridicules ont eu pour sujet, en conseil municipal, l’indemnité dérisoire du « percepteur » (qui doit passablement s’arracher les cheveux, parfois, avec la comptabilité de la commune Happy) mais jamais la moindre évocation de ce sujet apparemment tabou.

Il ne s’agit évidemment pas de proposer de supprimer ou réduire de manière drastique et aveugle, de manière démagogique et stupide, ces indemnités du maire. D’aucuns pourraient se dire que cela favoriserait celles et ceux qui seraient présumés pouvoir facilement s’en passer grâce à leur niveau de revenus. Et ils auraient raison. Mais il pourrait être opportun de penser à les réduire de manière très sensible. Non seulement elles seraient plus en adéquation avec l’activité relative du maire de notre commune, quel qu’il soit, mais cela retirerait un enjeu pas très sain dans la course à la fonction. Il s’agirait d’en faire finalement de réelles indemnités et non pas un revenu complémentaire, qui est d’ailleurs souvent complété par des indemnités liées à des responsabilités intercommunales, voire au delà dans le cas de certains maires. Il peut d’ailleurs être utile de se demander aussi si l’écart entre les indemnités d’un maire (absent) et celles d’un adjoint ou d’un simple conseiller municipal (actif) est toujours bien justifié...

Un sujet à débattre en séance du conseil municipal donc... à condition de ne pas considérer qu’un maire est l’équivalent d’une espèce de prestataire corvéable à merci pour de menus services (plomberie, dépannage automobile, etc.) qui mériterait un salaire, mais bien quelqu’un qui assume ses responsabilités au service de l’intérêt général. Évidemment cela ne veut pas dire qu’il ne se préoccupe pas des difficultés, des problèmes particuliers et individuels des habitants, bien au contraire !

(*) Le prédécesseur du maire actuel, actuel candidat, avait cru bon, à son arrivée à la fonction, de la porter au maximum légal, ce qui n’était pas une obligation pour une commune relativement petite dans la catégorie de plafonds d’indemnité.

PS : Ce billet ne s’autodétruira pas après les élections. Winking

PS2 : Avec l’utilisation de la dictée vocale il faut décidément renforcer la correction orthographique automatique et la relecture. Comme un peu de mauvaise foi dans ce blog le rendra sans doute plus humain dans la période actuelle disons qu’en fait si par exemple vous avez lu « voies » au lieu de « voix » dans un autre billet, ou « mors » au lieu de « mords » dans un autre encore, ça n’était que pour vérifier si vous suiviez et s’il y aurait au moins un commentaire pour corriger l’orthographe, si ce n’est le reste. Même pas ! Décidément cette campagne électorale est bien tristounette ! Happy
blog comments powered by Disqus