Petite chronique de la cuisine électorale

Enfin... pas de la grande cuisine française ! Juste du « fast-food » local, pas très digeste.

Amusant (et désolant il faut bien le reconnaître) de voir un maire aux abois s’allier à son ancien concurrent de 2008, qui joue la carte de l’entrisme (pas joli joli tout ça !), lui-même prétendant au trône (ça va chauffer au sein de la liste !) pour « faire barrage » à un (ou des) concurrent(s) (gênant(s) il faut croire) en s’échinant, très laborieusement, à compléter une liste toujours pas publiée par des démarchages outranciers auprès de candidats indépendants.

Paradoxe de cette liste du maire sortant (enfin, croit-il, que c’est la sienne...) pour l’instant « souterraine », il se pourrait qu’il y ait déjà une demi-douzaine de prétendants à la fonction de maire, votre serviteur compris (mais pas dans la liste du maire, quel dommage !), certains de toute dernière minute (pour le bien de la commune évidemment). Mais la liste des maires potentiels restera très certainement officieuse jusqu’à l’élection du maire justement, lors de la première séance du conseil municipal. Les effets de l’appel à candidatures dans les colonnes de ce blog dépasseraient-ils nos espérances. Winking

Allez ! On a bien le droit de rire un peu, hein, même si la situation ne s’y prête pas trop quand on y réfléchit. D’ailleurs, on n’a évidemment pas encore tout vu, dans le registre dramatico-comique. D’autres acteurs pourraient faire, in extremis, leur entrée tonitruante. Ça doit fumer dans l’équipe improvisée et hétéroclite de campagne électorale express. Laugh

Finalement, avec ce « micmac », en votant pour les conseillers municipaux, il se pourrait bien que, sans le savoir, on vote aussi pour le maire, selon le « score » obtenu par chacun. Happy
blog comments powered by Disqus