"Ton site de merde..."

“... où il n’y a que des mensonges” ai-je dû entendre lors de la séance du conseil municipal de ce matin, alors qu’il n’y a avait aucune interruption de séance et que, bien évidemment, je ne faisais qu’écouter les débats. Il semble qu’une simple photo en soit le déclencheur, c’est le cas de le dire.

Un bien triste spectacle ce matin au conseil municipal d’Albiez le Jeune ! Après y avoir assisté dans le public en compagnie de trois autres personnes, je pensais écrire un billet qui aurait rendu compte des débats et expliqué au passage les questions soulevées par l’absence du vice-président de la commission des finances à cette réunion consacrée au vote du compte administratif et du budget.

Il est déjà singulier de constater que le maire lui-même a présenté “à la volée” (sic) les chiffres du compte administratif. Il est encore plus remarquable que le vote, auquel le maire ne peut pas prendre part puisque c’est justement sa gestion qui doit être entérinée, ou pas, par le conseil, se soit déroulé avec seulement quatre conseillers municipaux. La présentation et le vote du budget n’ont pris quant à eux que quelques minutes. Ajoutons que le compte de gestion a été voté à la va-vite alors qu’il ne figurait pas à l’ordre du jour.

Une fois n’est pas coutume, je pensais donc illustrer le billet par une photo de ce conseil très réduit prise, rapidement et sans la moindre perturbation, alors que l’absence du maire, sorti pour le vote, se prolongeait pendant près de 25 minutes. J’ai immédiatement été pris à partie par l’un des conseillers municipaux qui a menacé de jeter mon appareil photographique par la fenêtre, voire de s’en prendre à moi par de la violence physique, évoquant mon passé de conseiller municipal et ajoutant des invectives d’ordre privé. Interpelé de manière très véhémente pour une simple et exceptionnelle photo prise sans dérangement dans des circonstances où chaque conseiller est dans une “manifestation publique” par définition, j’ai indiqué la possibilité parfaitement légale, pour un citoyen lambda, d’enregistrer les débats en vidéo (et donc de les diffuser sur Internet). Le même conseiller municipal a alors renouvelé ses menaces à mon encontre. “Tu ne viens pas à un spectacle de cirque” a-t-il conclu. Voilà au moins quelque chose que je ne peux qu’approuver. Ô combien ! Mais je ne peux pas approuver des velléités à fouler aux pieds les lois républicaines et leur jurisprudence, qui doivent permettre au débat démocratique de s’exercer pleinement. J’ai quant à moi toujours montré le plus grand respect des institutions.

Je regrette évidemment qu’aucun des membres du conseil municipal présents n’ait pris position sur le moment contre l’agression verbale dont j’ai été la victime. Comme je l’ai indiqué, le maire était absent au moment des faits. J’ose espérer qu’il saura faire les appels à la raison nécessaires (sinon les rappels à la loi). Entre autres considérations légales (celles concernant les injures publiques et la diffamation étant évidentes) j’invite le lecteur à se reporter à mon billet du 13 février 2009 relatif à des pratiques de plus en plus courantes, pour autant qu’elles se déroulent discrètement et sans perturber le déroulement des séances du conseil municipal.

Tous ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas de nature à me laisser intimider par des comportements outranciers et menaçants qui finalement n’entament pas ma bonne humeur. Je continuerai à exercer mes droits démocratiques les plus basiques, notamment pour l’accès à l’information et sa diffusion, dans tout ce qui touche à la “chose publique”. Outre les réticences regrettables de nos responsables pour la mise à disposition de ces informations, dans différents domaines, il n’y a que le temps que j’ai à y consacrer, non extensible, qui puisse être un facteur limitant.

PS : Une information au passage... Madame Dominique Mermin a, pour reprendre les mots du maire, “quitté l’équipe”. En d’autres termes, sa démission, qu’elle avait adressée il y a déjà plusieurs mois, a été discrètement annoncée à la fin de cette réunion.
blog comments powered by Disqus