Première jonquille et... langue de bois

P3180579

Première fleur de jonquille dans le potager au Buisson et premier (et heureusement sans doute unique) baratin... pardon bulletin électoral dans la boîte aux lettres. Par rapport à celui de 2008, déjà grandiloquent, on sent, dans la forme, la patte du spécialiste de la com. Mal barrés nous sommes, petits padawans de la politique locale ! Les seigneurs sith sont à la manœuvre, avec toute la puissance de l’Empire. Happy

Trêve de plaisanterie ! Nous remarquerons au passage que la langue de bois, dans son écosystème propre, est plus tardive que la jonquille cette année. Laugh

« Je n’ai qu’une seule ambition : aimer et voir vivre notre village » (dixit M. le Maire). Wouahou ! Belle ambition ! Avec un fond de violon (de musique anglaise, baroque ou celtique si vous préférez) pour l’occasion on en pleurerait presque. Dommage que vous n’y ayez vous-même pas passé une seule nuit depuis des lustres M. le Maire, dans ce village, ou que vous n’y séjourniez que rarement et généralement pour votre propagande perpétuelle au porte-à-porte, et qu’en tant que maire, vous ayez été particulièrement absent ces dernières années. Il faut croire que le village ne vous attend pas pour vivre... Happy

Votre ambition ne pourrait-elle pas être de vous occuper correctement de la commune plutôt ? Enfin ! En respectant un minimum de principes démocratiques...

On remarquera comme un grain de sable dans les rouages du vieux roublard de la politique locale : la liste n’est pas complète. Le « système » ne fonctionnerait-il plus tout à fait à plein régime ? Mince alors !

Pour le reste, le nombre de « nous souhaitons » est impressionnant. Manque juste un peu de « comment le faire ? ». Ça fonctionne encore ce type de baratin électoral ? La population n’en a-t-elle pas une indigestion tous les six ans ?

Nous reviendrons dans nos prochains billets sur les gros mensonges éhontés du genre : « Nous travaillerons parallèlement, à ce que logiquement, la compétence assainissement soit également transférée à la communauté de commune ». Une fonction de vice-président de la communauté de commune n’empêche apparemment pas d’écrire, sans doute volontairement, des énormités.

« Logiquement ? » Non mais cette blague ! Elle est bien bonne celle-là, quand on sait que les autres communes se sont dotées de leurs moyens de traitement des eaux usées. Albiez le Jeune va maintenant dire : vous ne voudriez pas nous payer la nôtre des fois ? La vérité est que par incompétence, imprévoyance, petits calculs clientélistes, la municipalité (le maire en tête) a laissé passer l’opportunité de la réalisation de cette station d’épuration au moment adéquat, laissant passer ainsi des sources de financement très importantes, mais faisant cependant réaliser des études onéreuses qui n’ont débouché sur rien et qui ne seront donc jamais subventionnées comme elles auraient dû l’être. De l’argent jeté par les fenêtres ! Et les mêmes (un maire, un adjoint, un ancien conseiller municipal) ont le toupet de venir nous tenir ce type de discours mensongers et inconséquents dans leur campagne de dernière minute. Rappelons-nous que dans leur précédente profession de foi de 2008, le maire et ses colistiers d’alors (aujourd’hui pour beaucoup écœurés par leur chef de l’époque, même s’ils ne le reconnaissent qu’à demi-mot) nous promettaient pour la station d’épuration « une mise en service fin 2009 début 2010 »... Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est à dire au point mort, comme dans bien des domaines, ça n’est pas la faute à d’autres, M. le maire, comme vous aimez généralement le laisser penser, mais bien en raison de la vacuité de votre mandat et de votre manière d’exercer (ou de ne pas exercer) la fonction.

Et si c’était le seul domaine d’une gestion à la petite semaine... On peut faire par exemple la même analyse de la rénovation mal conduite du bâtiment de la mairie, comme nous l’avons déjà indiqué ici.

Ce comportement malsain qui consiste à cacher son incompétence, son inconséquence et son électoralisme maladif, derrière une présumée mais fallacieuse bonne gestion de la commune, c’est de cela que la population peut légitimement avoir assez ! Les colistiers, ceux en tout cas qui sont ignorants des affaires communales, ne sont évidemment pas responsables. Peut-être pourraient-ils seulement se renseigner un peu, venir par exemple de temps en temps voir le conseil municipal dans ses œuvres, avant de se présenter, histoire de savoir à quoi ils s’engagent. Mais bon ! Passons ! Foin d’idéalisme ! D’autres en revanche, beaucoup plus informés, qui prêtent désormais leur plume (numérique), avec malheureusement le même arrivisme électoraliste, la même absence d’amour-propre, font œuvre particulièrement scandaleuse et pitoyable. Il faut avoir la faiblesse de reconnaître que certains reniements (plus trivialement appelés retournements de veste), même s’ils étaient prévisibles, donnent la nausée...

Cela conforte dans la voie (pour le coup pas d’erreur Winking) de l’indépendance vis à vis de ces tristes salades électorales dans un village tel que le nôtre. Nous méritons beaucoup mieux.

Ha oui ! Et au fait ! Pas un mot au sujet de l’information de la population et de la concertation. Les souhaits des candidats c’est une chose, mais ceux de la population, c’en est une autre. Au moins c’est clair : c’est le cadet des soucis de la « Liste Michel Brunet ». Mais ça, on le savait déjà. On connaît la musique : « Votez pour nous et fichez-nous la paix pendant 6 ans ! » Ça promet...
blog comments powered by Disqus